samedi 6 février 2021

PURRKUR PILLNIKK - Tilf EP


"Avant qu’il y ait le punk j’allais à chaque concert qui se tenait à Reykjavík – il y en avait environ deux ou trois par an. Et tout d’un coup, en l’espace d’une année, il y a eu un concert chaque semaine, avec deux ou trois groupes. Et tous ceux que je connaissais à cette époque jouaient dans un groupe. Tous." (Bjork). C’est dans ce contexte qu’en ce début du mois de mars 1981 trois amis d’Einar, Friðrik Erlingsson à la guitare, Bragi Ólafsson à la basse et Ásgeir Bragason à la batterie (il avait une formation de bassiste), se réunissent dans un local pour composer une dizaine de morceaux en utilisant le matériel du groupe Utangarðsmenn qu'Einar avait emprunté pour eux. Einar est présent. Les trois musiciens lui tendent alors un micro et lui demandent d’improviser sur leurs morceaux en s’exprimant comme il veut. Après une hésitation Einar s’exécute. Ce qui n’était alors que le fruit de la spontanéité du moment deviendra par la suite la caractéristique essentielle du groupe Purrkur Pillnikk, Einar délivrant généralement sur scène et en studio un numéro de chant où se mêleront cris, vociférations, gémissements et râles dans une débauche d’énergie, d’agitation et de mimiques parfois théâtrales ou teintées d'agressivité. Leur premier concert a lieu dès le premier avril, après moins d’un mois de répétitions, selon le précepte punk qui consiste à dédaigner tout ce qui s’éloigne de l’immédiateté et la spontanéité. Trois mois après, le groupe entre en studio d’enregistrement afin de graver la dizaine de morceaux alors bien rodés qu’ils ont à leur actif. Là encore Einar se sert de sa position de manager du groupe Utangarðsmenn pour obtenir le prêt d’un studio par l’intermédiaire de Danny Pollock. Le premier EP de Purrkur Pillnikk, Tilf, enregistré en 9 heures et mixé dans la foulée, paraîtra à peine un mois après. Mais il manque encore pour cela au groupe un label susceptible de les accueillir. Einar se tourne alors vers son ami Ásmundur Jónsson.(Wikipedia). Dix miniatures dont certaines assez proches de Wire comme "Læknir" ou "Ást", le killer "John Merrick" un must... Icelandic post-punk nugget...

A1_Tíminn
A2_Slöggur
A3_Læknir
A4_Gleði
A5_Andlit
 
B1_Tilfinning
B2_Þreyta
B3_Grunsamlegt
B4_Ást
B5_John Merrick
 
(1981)
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire